Inscriptions antiques et médiation numérique

Dans le cadre de la collection numérique Truelles & Pixels, ce projet vise à construire un “objet éditorial multi-facettes” : module documentaire interactif, livre numérique grand-public, dispositif innovant de médiation muséographique, micro-manuel numérique destiné au public scolaire via les Espaces Numériques de Travail (ENT). Il porte à titre expérimental sur deux corpus archéologiques remarquables d’inscriptions lapidaires monumentales grecques (musée du Louvre) et gallo-romaines (Musées gallo-romain de Lyon-Fourvière), qu’étudie une discipline particulière : l’épigraphie.

Le projet, baptisé OnMe (Outil Numérique de Médiation pour l’Épigraphie) est soutenu par la Région Rhône-Alpes, dans le cadre de l’appel à projets d’animation scientifique ARC 5.

Constituée au hasard des acquisitions, confiscations, dons et transferts depuis l’époque de Louis XIV, la collection du Louvre comprend près de 800 documents répartis sur environ dix siècles depuis le VIe s. av. J.-C. Une sélection d’inscriptions, documents les plus prestigieux à des titres divers, est exposée dans une galerie spécialement dédiée et une centaine d’inscriptions, associées à des statues, reliefs et supports divers sont également visibles en salles. Du fait même de sa diversité, cette collection constitue un échantillon idéal pour la réalisation d’un prototype éditorial innovant susceptible de bénéficier d’une visibilité certaine, tout à la fois par la diffusion sur le web de plusieurs sites reliés, destinés à des usages et à des publics différents, et par une présentation muséographique renouvelée d’une partie de la collection dans les salles du musée.

Le recours au numérique permet d’analyser les inscriptions dans toutes leurs dimensions, dans une approche qui ne dissocie plus le texte de son support ni des contextes d’exposition, restituant ainsi à ces documents toute leur complexité : écrits/écritures ostentatoires, ouvrages d’art, dispositifs de communication placés dans un contexte d’exposition publique choisi à dessein. Au rebours de la tradition de dissociation du texte et de son support, dont on sait désormais à quel point elle dérive des contraintes de l’impression/édition sur papier, la publication numérique permet de reconsidérer les inscriptions comme des objets archéologiques complexes. Fabriquées pour être des éléments visuels autant que sémantiques, les inscriptions méritent pleinement cette analyse totale qui ne sépare pas le message/le texte de sa matérialisation ni des représentations figurées auxquelles il est souvent associé : l’interaction texte/image s’avère seule apte à produire le sens tout autant que la valeur esthétique.

Le projet s’appuie sur la double expérience acquise depuis plusieurs années par la MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée : d’une part, le site Internet www.truelles-pixels.mom.fr, piloté dès l’origine par une équipe mixte de chercheurs archéologues et d’ingénieurs spécialistes des supports de médiation, diffuse en libre accès une série de documentaires multimédias interactifs d’initiation aux métiers, aux techniques et à l’approche scientifique de l’archéologie, intégrant une approche ludique ; d’autre part, en déclinaison du site Internet, la collection Truelles & Pixels en cours de développement dans l’univers plus large de l’édition numérique multi-facettes, en résonance avec le développement rapide des “humanités numériques”.

À long terme, il s’agit d’expérimenter de nouvelles formes de médiation numérique entre science et société : comment la science “en train de se faire” peut-elle être un outil pédagogique global, au-delà de la seule publication, fut-elle synthétisée et vulgarisée, de ses résultats de recherche ?

L’invention d’un nouveau mode narratif, d’une scénarisation de la transmission du savoir et de la médiation du patrimoine auprès du grand public sont par conséquent au cœur de la démarche de Truelles & Pixels. La prise en compte dans l’écriture de la non-linéarité, le recours aux capacités computationnelles du support de lecture, l’intégration du lecteur individuel dans un communauté partagée d’e-lecteurs, enfin les capacités de représentations nouvelles du livre-écran mènent à une définition extensive du multimédia interactif. Borné malgré tout dans l’espace éditorial que lui accorde son/ses auteurs, ce “non-livre” a, en matière de valorisation scientifique, le même objectif que le “livre” : transmettre et partager, cette fois non seulement par l’agencement pertinent de ses matières, mais aussi par son ergonomie, ses fonctionnalités et l’écosystème informationnel dans lequel il s’insère.

Bien que les objectifs éditoriaux d’un tel “non livre” grand-public soient moins ambitieux et moins étendus que ceux d’une publication scientifique, plusieurs outils ou méta-ressources des deux catégories d’ouvrage peuvent parfaitement être partagés : structuration et annotation des données (texte et image) du corpus support de la transmission ; rendu 3D ; prise de note ou commentaire, partagé ou non ; indexation, marquage du contenu pour moissonnage, “folksonomie” ouverte… L’utilisateur peut aller au-delà d’une simple lecture/contemplation des ressources : il en devient, s’il le souhaite, en partie l’éditeur, lorsqu’il commente, annote, indexe ou marque, en interaction avec  la Toile, voire avec l’inscription et son support (Internet des objets). Ces usages “2.0/3.0” sont à mettre en relation avec les nouvelles écoles de médiation en musée pour lesquelles le visiteur se doit d’être actif et acteur de sa visite. De plus en plus, une visite réussie est une visite au cours de laquelle le public est pris à parti et impliqué, soit qu’il manipule/touche, qu’il joue/résolve des énigmes, donne son avis/exprime ses opinions, etc. De ce fait, l’immersion du numérique dans les musées et la montée des projets numériques de musée accessibles sur le Web vont de pair : ils reposent sur les mêmes principes .

L’action soutenue par la Région Rhône-Alpes et l’ARC 5 a permis d’animer une réflexion scientifique et de médiation en 2013 et 2014, qui trouve son aboutissement en 2015 dans la rédaction d’un cahier des charges et la mise en production d’un prototype, qui sera expérimenté fin 2015 et en 2016 dans les musées partenaires.

Le projet est développé en coproduction avec Avant-Goût Studios et avec la participation du laboratoire HiSoMA de la MSH MOM et du réseau Canopé (Canopé Lyon).

logo-arc5-72dpi

logo-RA-blanc-fond-fonce-png

Archéologie et cultures de l’âge du Fer en Europe

Truelles & Pixels est au cœur d’un programme européen associant la France (CNRS : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Archéologie des sociétés méditerranéennes), l’Espagne (musées d’Archéologie de la Généralité de Catalogne) et la Croatie (Musée archéologique de Zagreb). Le projet, lancé en septembre 2013, est soutenu par le programme Culture de l’Union européenne, et associe trois modes de médiation muséographiques avec un seul objectif : vivre l’expérience de l’archéologie !

Trois expositions, consacrées aux peuples Iapodes et Ibères, ont été organisées, en 2014 et 2015, en France (site de Lattara, près de Montpellier), en Catalogne (musée d’archéologie de Girona) et en Croatie (Musée archéologique de Zagreb). Un outil innovant de médiation numérique, le “simulateur d’archéologie Truelles & Pixels”, complété par une série de jeux sur tablette, a été implanté en accompagnement de chacune de ces expositions : il a permis aux visiteurs de participer virtuellement à la découverte – et même à la fouille – des sites archéologiques de Lattara, Ullastret (Catalogne) et Segestica (Croatie).

Enfin, à l’issue d’un concours chaudement disputé dans chacun des sites/musées, 30 amateurs passionnés (10 pour chaque pays) ont été invités à découvrir sur place pendant une semaine de mai ou juin 2015, en compagnie des scientifiques, les sites archéologiques remarquables de l’âge du Fer en Languedoc-Roussillon, Catalogne et Croatie. Ils vous feront vivre sur ce blog, au fil de leurs voyages, leurs découvertes et leurs émotions.

EU_flag_23L

Muséomix 2014

Retour sur la participation de la MSH MOM à Muséomix 2014

Le week-end du 7-8-9 novembre 2014, toute la France des réseaux sociaux et du monde de la culture, du numérique, des « makers » et des « tiers-lieux » avait les yeux (et les ordi) rivés sur Muséomix, galaxie d’événements organisés simultanément dans sept musées de quatre pays (France, Suisse, Grande-Bretagne et Canada).

L’enjeu : concentrer dans un musée – consentant –, durant trois jours, une petite troupe de 40 à 60 personnes, choyées par une centaine d’organisateurs, « technos », communicants et personnels du lieu, pour « hacker » l’institution : inventer et produire, en 72 heures, des dispositifs de médiation alternatifs – a priori soutenus par des technologies numériques. Voir la vidéo

La MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, elle-même acteur de la muséographie numérique en archéologie avec le programme Truelles & Pixels, a été un partenaire apprécié de Muséomix 2014, au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne. (affiche.pdf)

Invités par Nadine Besse, conservatrice du MAI, et Christelle Chandy, administratrice et « key woman », Jean-Pierre Girard – dans la fonction hautement stratégique de « l’homme qui dit non » – et sa collègue du musée gallo-romain Mélanie Lioux, délégués par leurs institutions respectives pour mettre de l’huile dans les rouages de l’événement, faisaient partie des organisateurs et « facilitateurs ».
Jean-Pierre Girard, chargé d’affaires pour Truelles & Pixels