Un apprentissage numérique du terrain archéologique

Ce projet est en cours de développement dans le cadre d’un contrat Région Rhône-Alpes / Université Lumière Lyon 2 (CEDES).

Il vise à créer des modules d’auto-formation en soutien à l’apprentissage théorique de l’archéologie dans les cursus universitaires : confrontation au terrain guidée et accompagnée par un cours et un simulateur en ligne qui proposeront des « parcours » progressifs, individuels puis collaboratifs.

Innovatives SHS 2015

innovativescnrs2015web

L’équipe de la collection «Truelles & Pixels» développée par la MSH MOM et le laboratoire ASM tiendra un stand au salon de la valorisation en sciences humaines et sociales 2015, espace « Education ».
– les 16 et 17 juin 2015 – Cité des Sciences et de l’Industrie – Paris
– entrée est gratuite mais inscription obligatoire
– programme du salon
– plaquette de la collection Truelles & Pixels (.pdf)

 

 

Un voyage en France

EU_flag_23LLa dernière phase du projet soutenu et financé par l’Union européenne “Archéologie et culture de l’âge du Fer en Europe” se compose de trois voyages successifs d’amateurs d’archéologie, lauréats du concours co-organisé par le musée-site archéologique de Lattes-Lattara, les musées d’Archéologie de Catalogne (à Barcelone, Gerone et Ullastret) et le musée d’Archéologie de Zagreb.
Concours ArCAFE Ullastret 2Concours ArCAFE Ullastret 4
Le premier voyage s’est déroulé du 18 au 22 mai et a permis aux lauréats de découvrir les sites ou les vestiges d’Ensérune, Pech-Maho, Lattara, Nages et Nîmes (ainsi que la vieille ville et le musée Fabre de Montpellier).

Lundi 18 mai : arrivée
Le groupe catalan, dès son arrivée, part en visite du vieux Montpellier. En peu de temps, on était devenu un vrai groupe.
El grup català a Montpellier. Visita al casc antic de la ciutat seguint les explicacions de M. Christol. Al cap d’una hora començàvem a veure el vincles del grup.

18-2
18-3
On a exploré des recoins très intéressants et, sous les arcades du roi d’Aragon, nous avons découvert les liens avec la Catalogne. Et l’arc de triomphe de Louis XIV nous a souhaité la bienvenue !
Descobrint els racons emblemàtics de Montpellier. Sota les arcades prohibides del rei d’Aragó. Descobrint els llaços culturals amb Catalunya. L’arc de Triomf de Lluís XIV, l’antiga porta de la ciutat ens dóna la benvinguda !18-4
18-5
18-6
En fin de soirée : nous voilà tous réunis !

WP_20150518_22_45_27_Pro
Mardi 19 mai : premier oppidum, premières découvertes
Par où doit-on la prendre ? Per on s’agafa ?
19-1
À Ensérune, premier contact avec le matériel archéologique. Puis, sur le site archéologique, stoïquement, malgré un froid de canard, Réjane nous raconte son histoire. Quant à nous, comme de vrais gaulois, rien ne nous arrête, ni le vent ni la pluie.
A Ensérune, entrant en contacte amb els materials arqueològics. Réjane ens explica sota el fred estoicament la història d’Ensérune. Seguint l’exemple gal no ens atura ni la pluja ni el vent.
19-2WP_20150519_11_41_27_Pro
19-3WP_20150519_13_27_14_Pro
Première approche de la cuisine française : on reprend des forces.
Aproximació a la cuina francesa. Recuperem força.19-5
À Sigean, l’après-midi, avant même d’entrer dans le musée archéologique, on est déjá épatés. Puis on a suivi les explications passionnées de Catherine sur les trouvailles du site de Pech Maho et vu les traces d’un chaman et de sacrifices humains après la destruction de l’oppidum.
A Sigéan, abans d’entrar ja ens quedem amb la boca oberta. Seguim l’explicació apassionada de Cathérine sobre les troballes de Pech Maho. Un xaman i sacrificis humans desprès de la destrucció del poblat.19-6
19-7
Le soir venu, nous avons profité de la nuit à Montpellier.
Vivint la nit montpellerina amb tot el grup.

19-10

Mercredi 20 mai : un site-musée-laboratoire
Nous avons eu le privilège de visiter le laboratoire du CNRS de Lattes.
Hem tingut el privilegi d’entrar al laboratori del CNRS de Lattes.
Nous avons pénétré jusqu’aux entrailles de la science : avec tous ces ossements, on ferait du bon bouillon ! Puis, on a pu admirer les résultats des fouilles les plus récentes : des couteaux très longs.
Endisant-nos per les entranyes, sortiria un bon caldo entre ossos i ferro. Admirant els resultats de les excavacions més recents, ganivets molt llargs.20-220-3
 Le site de Lattara dans sa splendeur. On a pu le visiter à la suite de Marine.
Lattara en el seu esplendor. Hem conegut els bastiments de Lattara de mas de Marine.
20-4
Ensuite, un très bon moment passé au musée de Lattara. Nous avons été stupéfaits d’apprendre combien le tracé de la côte avait changé au cours des siècles. Le must du secteur Néolithique de l’exposition : les pierres dressées à figure humaine.
Then, we went to the museum of Lattara. We were amazed to learn how the coast has changed throughout history. The most interesting thing about the Neolithic exibition was the figural images on the menhirs.

IMAG0410

IMAG0425
Sincères remerciements au personnel du musée H. Prades de Lattes-Lattara.
Moltes gràcies per l’acolliment del personal del museu arqueològic.
We had a really good time!
20-6
Des liens d’amitié s’établissent avec les collègues de l’autre coté de la Méditerranée ! On s’amuse devant la Fontaine de l’Antigone. Puis, au musée Fabre de Montpellier, c’est l’heure de l’Art. David est notre guide.
Reforçant els llaços amb els col·legues de l’altra banda del mediterrani. Fent el burro junts davant la font d’Antígona. Algú no sap que s’ha de fer. Al museu Fabre de Montpellier es l’hora de l’art. David és el nostre guia.

20-720-820-10
Jeudi 21 mai : de l’oppidum gaulois à la ville romaine
Nages-et-Sorloges : début du chemin d’accès à l’oppidum fortifié. Masterclass de Réjane (toujours avec le vent). Un peu plus tard, photo de famille au pied de la tour double.
Nages-et-Solorges, inici del camí a la fortalessa. Classe magistral de Rejáne encara amb el vent en contra. Foto de familia als peus de la torre doble.21-121-221-3
Entre pedres: l’oppidum d’Anagia. Reprenent el camí de tornada. El repòs del guerrer. Somrient a la Font de Nages.
Entourés de pierres : l’oppidum d’Anagia. Plus tard, sur le chemin du retour. Enfin, le repos du guerrier, avec un clin d’œil à la fontaine de Nages.

21-421-5
Cours avancé d’épigraphie classique au Musée archéologique de Nîmes.
Curs d’Epigrafia clàssica… avançat, al Museu de Nimes.21-9
“L’Empire contre-ataque”, sur les pas d’Auguste : La Maison Carrée de Nîmes. Le groupe catalan s’est romanisé. De gaulois à gladiateurs, l’amphithéatre (devenu les arènes) de Nîmes.
L’imperi contraataca, darrere les pases d’August: la Maison Carrée. Els catalans fem pinya, romanitzats. De gals a gladiadors, l’amfiteatre de Nimes.21-721-821-10
Le dernier repas, gourmand mais un peu triste. Un bon adieu.
L’Últim sopar, saboròs però trist. Un gran comiat. 🙁21-11
Vendredi 22 mai : le départ
22-1
Tout le groupe veut remercier vivement l’organisation de ce concours et du séjour-découverte de l’archéologie de l’âge du Fer dans le Languedoc-Roussillon. Ce fut une expérience très enrichissante et intéressante. Enfin, nous voulons saluer et embrasser nos collègues croates avec lesquels on a partagé cette expérience : vidimo se uskoro.

“Hola, em dic Gloria. Sóc una persona callada i m’agrada escoltar.
M’encanta escoltar perquè m’agrada molt aprendre. Sempre aprenc, fins i tot dels meus alumnes de primària.
En aquest viatge he après molt. No només dels responsables que ens han acompanyat i ens han atès molt bé, sinó també dels altres guanyadors del concurs. Gent molt diferent i amb una gran riquesa interior.
Tenim al Carlos, un noi discret que està sempre al costat però no vol destacar gaire.
La Yasmina, una noia molt decidida i amb les idees molt clares.
La Maria una noia amb moltes ganes d’anar a la universitat i molta il·lusió per aprendre allò que l’apassiona.
I tenim al Manel, un noi molt intel·ligent que ho dissimula amb un gran somriure i que sempre troba la part divertida de totes les coses.
I el Ferran què? Crec que hem estat molt afortunats de tenir-lo com a responsable. És un noi que ens ha permès fer la nostra, però sempre ens ha tingut al voltant, ens ha explicat un munt de coses interessants i sempre ha estat atent a tots nosaltres
Em sento molt afortunada per haver guanyat el viatge i per la sort que he tingut de compartir-lo amb tots ells.
Gràcies.”
Tot el grup volem deixar constància del nostre agraïment vers l’organització d’aquest concurs i de l’estada/descoberta de l’arqueologia de l’edat del ferro del LLenguadoc-Rosselló. Ha estat una experiència molt enriquidora i interessant. Finalment volem enviar una salutació i abraçada als companys croates amb els quals hem compartit aquesta vivència, vidimo se uskoro.

WP_20150520_13_12_14_Pro

Inscriptions antiques et médiation numérique

Dans le cadre de la collection numérique Truelles & Pixels, ce projet vise à construire un “objet éditorial multi-facettes” : module documentaire interactif, livre numérique grand-public, dispositif innovant de médiation muséographique, micro-manuel numérique destiné au public scolaire via les Espaces Numériques de Travail (ENT). Il porte à titre expérimental sur deux corpus archéologiques remarquables d’inscriptions lapidaires monumentales grecques (musée du Louvre) et gallo-romaines (Musées gallo-romain de Lyon-Fourvière), qu’étudie une discipline particulière : l’épigraphie.

Le projet, baptisé OnMe (Outil Numérique de Médiation pour l’Épigraphie) est soutenu par la Région Rhône-Alpes, dans le cadre de l’appel à projets d’animation scientifique ARC 5.

Constituée au hasard des acquisitions, confiscations, dons et transferts depuis l’époque de Louis XIV, la collection du Louvre comprend près de 800 documents répartis sur environ dix siècles depuis le VIe s. av. J.-C. Une sélection d’inscriptions, documents les plus prestigieux à des titres divers, est exposée dans une galerie spécialement dédiée et une centaine d’inscriptions, associées à des statues, reliefs et supports divers sont également visibles en salles. Du fait même de sa diversité, cette collection constitue un échantillon idéal pour la réalisation d’un prototype éditorial innovant susceptible de bénéficier d’une visibilité certaine, tout à la fois par la diffusion sur le web de plusieurs sites reliés, destinés à des usages et à des publics différents, et par une présentation muséographique renouvelée d’une partie de la collection dans les salles du musée.

Le recours au numérique permet d’analyser les inscriptions dans toutes leurs dimensions, dans une approche qui ne dissocie plus le texte de son support ni des contextes d’exposition, restituant ainsi à ces documents toute leur complexité : écrits/écritures ostentatoires, ouvrages d’art, dispositifs de communication placés dans un contexte d’exposition publique choisi à dessein. Au rebours de la tradition de dissociation du texte et de son support, dont on sait désormais à quel point elle dérive des contraintes de l’impression/édition sur papier, la publication numérique permet de reconsidérer les inscriptions comme des objets archéologiques complexes. Fabriquées pour être des éléments visuels autant que sémantiques, les inscriptions méritent pleinement cette analyse totale qui ne sépare pas le message/le texte de sa matérialisation ni des représentations figurées auxquelles il est souvent associé : l’interaction texte/image s’avère seule apte à produire le sens tout autant que la valeur esthétique.

Le projet s’appuie sur la double expérience acquise depuis plusieurs années par la MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée : d’une part, le site Internet www.truelles-pixels.mom.fr, piloté dès l’origine par une équipe mixte de chercheurs archéologues et d’ingénieurs spécialistes des supports de médiation, diffuse en libre accès une série de documentaires multimédias interactifs d’initiation aux métiers, aux techniques et à l’approche scientifique de l’archéologie, intégrant une approche ludique ; d’autre part, en déclinaison du site Internet, la collection Truelles & Pixels en cours de développement dans l’univers plus large de l’édition numérique multi-facettes, en résonance avec le développement rapide des “humanités numériques”.

À long terme, il s’agit d’expérimenter de nouvelles formes de médiation numérique entre science et société : comment la science “en train de se faire” peut-elle être un outil pédagogique global, au-delà de la seule publication, fut-elle synthétisée et vulgarisée, de ses résultats de recherche ?

L’invention d’un nouveau mode narratif, d’une scénarisation de la transmission du savoir et de la médiation du patrimoine auprès du grand public sont par conséquent au cœur de la démarche de Truelles & Pixels. La prise en compte dans l’écriture de la non-linéarité, le recours aux capacités computationnelles du support de lecture, l’intégration du lecteur individuel dans un communauté partagée d’e-lecteurs, enfin les capacités de représentations nouvelles du livre-écran mènent à une définition extensive du multimédia interactif. Borné malgré tout dans l’espace éditorial que lui accorde son/ses auteurs, ce “non-livre” a, en matière de valorisation scientifique, le même objectif que le “livre” : transmettre et partager, cette fois non seulement par l’agencement pertinent de ses matières, mais aussi par son ergonomie, ses fonctionnalités et l’écosystème informationnel dans lequel il s’insère.

Bien que les objectifs éditoriaux d’un tel “non livre” grand-public soient moins ambitieux et moins étendus que ceux d’une publication scientifique, plusieurs outils ou méta-ressources des deux catégories d’ouvrage peuvent parfaitement être partagés : structuration et annotation des données (texte et image) du corpus support de la transmission ; rendu 3D ; prise de note ou commentaire, partagé ou non ; indexation, marquage du contenu pour moissonnage, “folksonomie” ouverte… L’utilisateur peut aller au-delà d’une simple lecture/contemplation des ressources : il en devient, s’il le souhaite, en partie l’éditeur, lorsqu’il commente, annote, indexe ou marque, en interaction avec  la Toile, voire avec l’inscription et son support (Internet des objets). Ces usages “2.0/3.0” sont à mettre en relation avec les nouvelles écoles de médiation en musée pour lesquelles le visiteur se doit d’être actif et acteur de sa visite. De plus en plus, une visite réussie est une visite au cours de laquelle le public est pris à parti et impliqué, soit qu’il manipule/touche, qu’il joue/résolve des énigmes, donne son avis/exprime ses opinions, etc. De ce fait, l’immersion du numérique dans les musées et la montée des projets numériques de musée accessibles sur le Web vont de pair : ils reposent sur les mêmes principes .

L’action soutenue par la Région Rhône-Alpes et l’ARC 5 a permis d’animer une réflexion scientifique et de médiation en 2013 et 2014, qui trouve son aboutissement en 2015 dans la rédaction d’un cahier des charges et la mise en production d’un prototype, qui sera expérimenté fin 2015 et en 2016 dans les musées partenaires.

Le projet est développé en coproduction avec Avant-Goût Studios et avec la participation du laboratoire HiSoMA de la MSH MOM et du réseau Canopé (Canopé Lyon).

logo-arc5-72dpi

logo-RA-blanc-fond-fonce-png

Archéologie et cultures de l’âge du Fer en Europe

Truelles & Pixels est au cœur d’un programme européen associant la France (CNRS : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Archéologie des sociétés méditerranéennes), l’Espagne (musées d’Archéologie de la Généralité de Catalogne) et la Croatie (Musée archéologique de Zagreb). Le projet, lancé en septembre 2013, est soutenu par le programme Culture de l’Union européenne, et associe trois modes de médiation muséographiques avec un seul objectif : vivre l’expérience de l’archéologie !

Trois expositions, consacrées aux peuples Iapodes et Ibères, ont été organisées, en 2014 et 2015, en France (site de Lattara, près de Montpellier), en Catalogne (musée d’archéologie de Girona) et en Croatie (Musée archéologique de Zagreb). Un outil innovant de médiation numérique, le “simulateur d’archéologie Truelles & Pixels”, complété par une série de jeux sur tablette, a été implanté en accompagnement de chacune de ces expositions : il a permis aux visiteurs de participer virtuellement à la découverte – et même à la fouille – des sites archéologiques de Lattara, Ullastret (Catalogne) et Segestica (Croatie).

Enfin, à l’issue d’un concours chaudement disputé dans chacun des sites/musées, 30 amateurs passionnés (10 pour chaque pays) ont été invités à découvrir sur place pendant une semaine de mai ou juin 2015, en compagnie des scientifiques, les sites archéologiques remarquables de l’âge du Fer en Languedoc-Roussillon, Catalogne et Croatie. Ils vous feront vivre sur ce blog, au fil de leurs voyages, leurs découvertes et leurs émotions.

EU_flag_23L

Modules numériques

Le développement de modules pédagogiques conçus par des enseignants-chercheurs pour les étudiants en archéologie du premier cycle universitaire a été proposé à la Région Rhône-Alpes dans le cadre du contrat pluriannuel CEDES-Lyon 2.

La mise au point de modules numériques d’apprentissage autonomisé, spécifiquement dédiés aux publics universitaires, en articulation thématique et méthodologique avec les stages de formation de terrain, s’inscrit dans une perspective d’apprentissage de l’archéologie par la pratique, guidée et accompagnée par un outil en ligne proposant des « quêtes » successives, individuelles ou collaboratives, développant une compréhension progressive des tenants et aboutissants d’une discipline archéologique. Ce nouvel outil permettra de renforcer le lien entre apprentissage expérimental et enseignements théoriques dans les cursus d’archéologie (« faire rentrer le terrain dans les amphis ») en rapprochant l’enseignement et la recherche menée par les enseignants-chercheurs de Lyon 2 rattachés aux laboratoires de la MOM.

Les objectifs du programme proposé sont de :

  • Prototyper la mise à disposition des étudiants engagés dans des UE ou des cursus archéologiques (dès le niveau L1) de modules d’auto-apprentissage en ligne collaboratifs alternant phases d’e-learning et phases de terrain simples, conçus et contrôlés par les enseignants-chercheurs et réalisés par des étudiants de Master et/ou des doctorants. En L2, en lien avec les chantiers-école de Lyon 2, d’autres modules seront conçus pour être associés à des pratiques de terrain différenciées selon les périodes et les disciplines archéologiques.
  • Adapter les contenus des modules d’auto-apprentissage aux réalités du terrain qui attendent les étudiants dans le cadre des chantiers-école de l’université et de leur future activité professionnelle. L’intégration de sites archéologiques situés en région Rhône-Alpes (chantier des thermes gallo-romains de Panossas, chantiers d’archéologie préventive et sites historiques lyonnais) visera, en particulier, à mieux les préparer aux enjeux et aux méthodes de l’archéologie métropolitaine, programmée et préventive.
  • Offrir aux étudiants de Master et aux doctorants l’opportunité d’une expérience pédagogique originale et innovante, dans un contexte d’environnement informatique pour l’apprentissage humain (EIAH) nécessitant de réfléchir en profondeur à son futur métier et aux conditions de son apprentissage.

 

Muséomix 2014

Retour sur la participation de la MSH MOM à Muséomix 2014

Le week-end du 7-8-9 novembre 2014, toute la France des réseaux sociaux et du monde de la culture, du numérique, des « makers » et des « tiers-lieux » avait les yeux (et les ordi) rivés sur Muséomix, galaxie d’événements organisés simultanément dans sept musées de quatre pays (France, Suisse, Grande-Bretagne et Canada).

L’enjeu : concentrer dans un musée – consentant –, durant trois jours, une petite troupe de 40 à 60 personnes, choyées par une centaine d’organisateurs, « technos », communicants et personnels du lieu, pour « hacker » l’institution : inventer et produire, en 72 heures, des dispositifs de médiation alternatifs – a priori soutenus par des technologies numériques. Voir la vidéo

La MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, elle-même acteur de la muséographie numérique en archéologie avec le programme Truelles & Pixels, a été un partenaire apprécié de Muséomix 2014, au Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne. (affiche.pdf)

Invités par Nadine Besse, conservatrice du MAI, et Christelle Chandy, administratrice et « key woman », Jean-Pierre Girard – dans la fonction hautement stratégique de « l’homme qui dit non » – et sa collègue du musée gallo-romain Mélanie Lioux, délégués par leurs institutions respectives pour mettre de l’huile dans les rouages de l’événement, faisaient partie des organisateurs et « facilitateurs ».
Jean-Pierre Girard, chargé d’affaires pour Truelles & Pixels

Truelles et pixels

Truelles & Pixels est une collection de contenus ludiques, collaboratifs et de découverte transmédias sur l’archéologie. Jeu, médiation muséographique et co-construction de savoirs : des formes éditoriales différentes répondent aux différents degrés d’engagement des amateurs : « web-documentaires », jeux sur supports mobiles, simulateur d’archéologie, « serious game », modules d’accompagnement de la formation universitaire et professionnelle…

Lancés comme un programme de valorisation des méthodes de la recherche en archéologie, les projets de la collection Truelles & Pixels génèrent de nouvelles questions de recherche pluridisciplinaires dont ce carnet rendra compte.